La chambre noire était déjà connue par Aristote (384-322 av. J.-C.), par le savant perse Ibn Al-Haytham (965-1038) et par Léonard de Vinci (1452-1519) ; on peut la considérer comme l’ancêtre des appareils photographiques. Elle est constituée par une boîte fermée, étanche à la lumière, dont une des faces est percée d’un très petit trou, le sténopé. L’image inversée d’un objet éclairé placé à l’extérieur devant le trou se forme sur la paroi opposée.

D’autre part, les alchimistes savaient que la lumière noircissait le chlorure d’argent. Vers 1780 Jacques Charles, plus connu pour son invention de l’aérostat gonflé à l’hydrogène, parvint à figer, mais de façon fugitive, une silhouette obtenue par le procédé de la chambre noire sur du papier imbibé de chlorure d’argent. Thomas Wedgwood (1771-1805) fit des expériences analogues avec le nitrate d’argent ; il en publia un mémoire en 1802. De son côté John Herschel en 1819 décrit les propriétés de l’hyposulfite de sodium qui deviendra le fixateur.